L'Interview-Madeleine #1 : Albin de la Tour, Directeur du Festival 1001 Notes

vendredi 19 juin 2020

Chaque semaine, retrouvez un entretien réalisé sous la forme du célèbre “Questionnaire de Proust”, revisité à la sauce “1001 Notes” afin d’en savoir plus sur la personnalité des personnes qui constituent ce festival qui souffle cet été ses 15 bougies.


Organisateurs, bénévoles, partenaires, artistes… découvrez à travers cette série d’interview, un autre regard sur ces personnalités.

C’est Albin de la Tour, directeur du Festival 1001 Notes qui ouvre le bal :

Festival 1001 Notes : Ton état d’esprit actuel ?

Albin : Sur-motivé et hyper-actif à 500 % ! *rires*

Ce que tu apprécies le plus chez tes partenaires du Festival ?

Albin : Leur enthousiasme et leur générosité

Ton petit rituel avant d’aller au travail ?

Albin : Emmener mes enfants à l’école

Ton loisir préféré lorsque tu n’es pas en train de dessiner les contours du Festival ?

Albin : Retrouver mes amis pour partager un verre et/ou un repas avec eux en toute simplicité.

Ce que tu aurais voulu être si tu n’étais pas directeur de festival ?

Albin : J’aurais voulu être menuisier ! C’est une profession noble où l’on travail un matériau exceptionnel qu’est le bois. L’idée même de pouvoir façonner à l’infini des objets à partir d’un bloc de bois me fascine. L’odeur du bois m’inspire une certaine sérénité et la notion du temps dans les métiers manuels de création n’est pas le même que dans nos métiers dits “de bureaux”. J’aurais aimé être menuisier donc, mais la raison pour laquelle je ne le suis pas est que j’ai deux mains gauches ! *rires*

La ville où tu aimerais poser tes valises ?

Albin : La commune du Chalard en Haute-Vienne. C’est déjà le cas “à mi-temps”, je partage mon temps de résidence entre Paris et cette commune qui m’a vu grandir. Pendant le confinement, j’ai pu rester au Chalard pendant quelques mois, une vraie retrouvaille qui me convainc de tout faire à l’avenir pour rester ici à plein temps !

Le son que tu préfères (hors musique !)

Albin : J’aime beaucoup le bruit du vent, des tempêtes qui est à la fois inquiétant et beau. Et j’ajoute également le son du crépitement du feu de bois pendant une douce soirée devant la cheminée.

L’auteur/autrice que tu emportes tout le temps avec toi en livre ou sur tablette ?

Albin : Je ne suis pas un aficionados particulier concernant les auteurs. J’aime lire mais je n’ai pas d’auteur fétiche. Généralement, je choisis un livre sur les conseils de mes proches, ou bien en flânant et en discutant avec mon libraire. Actuellement, je bouquine le livre de Jean-Paul Dubois : “Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon”. Un livre furieusement actuel qui dénonce les injustices et nous réapprend le sens parfois oublié de la fraternité.

Le héros ou la héroïne qui tu admires le plus ?

Albin : Je ne pense pas à une personne en particulière mais plutôt à des traits de caractères. Les vrais héros du monde d’aujourd’hui, ce sont celles et ceux qui transpirent la positivité en toutes circonstances. Je trouve cela admirable, surtout en cette période de crise !

Ton compositeur préféré ?

Albin : Comme je l’ai dit précédemment, il n’y en pas de préféré. Cependant, mon dernier coup de cœur est une pièce composée par Vivaldi que vous pouvez découvrir ci-dessous :

Mon peintre/photographe favori.

A. : J’en donnerai plusieurs et ils sont tous photographes.
Mon frere, Jean De la Tour, Amelin Chanteloup et Laurent Bugnet.

Ce que je déteste par-dessus tout.

A : La bêtise humaine et le gaspillage de nos ressources naturelles. Je pense qu’il est indispensable de vivre de manière plus harmonieuse, avec plus de confiance de respect mutuel entre citoyens pour avancer. L’égoïsme et le manque de vision à long-terme sont les principaux défauts de notre humanité.

Le don que je voudrais avoir.

A : D’être habile des mains pour pouvoir devenir menuisier ou peintre !

Ma playlist du moment en 3 titres: